Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
gueule-de-loup

gueule-de-loup

Lou des bois

Publié le par Lou
Publié dans : #Film
The Hobbit de Peter Jackson



Si un plus grand nombre d’entre nous préféraient la nourriture, la gaieté et les chansons aux entassements d’or, le monde serait plus remplit de joie...
le nain Thorïn

Bilbo le hobbit, J.R.R. Tolkien


1) The Hobbit pour les ignares:

    Dans le cas exceptionnel où vous auriez attérit ici sans savoir ce que c’est que The Hobbit, je vais en faire un résumé rapide avec un minimum de Spoilers.
The Hobbit est à la base un des premiers romans de Tolkien et qui a reçu un succès assez conséquent pour que ses éditeurs l’encouragent à faire une suite que vous connaissez sans doute si vous êtes amateurs de fantasy, si vous êtes tombée amoureuse de ce -rheum rheum minet insipide rheum rheum- de Legolas, si vous avez lu trois tomes assez conséquents pour ne pas attendre la sortie des films et en fait si tout simplement, vous ne vivez pas dans un monde d’ascète.


    Bref, The Hobbit est donc le roman pour enfant qui a précédé le Seigneur des anneaux -écrit pour sa part avec un vocabulaire plus complexe et situé dans un contexte beaucoup plus sombre-.


    Ce livre raconte l’épopée de l’oncle de Frodon, lui-même Hobbit dégénéré (mais cela est génétique chez les Took, une certaine consanguinité au sein de la Comté n’étant pas à exclure...) adepte d’aventures et de comment, il se retrouva en possesion de l’anneau de pouvoir qui leur causa à tous tant de rides supplémentaires.

2) Avant:
    
    Je vous avoue, avant de prendre la decision d’aller officilellement voir the Hobbit, j’ai dût cogiter longtemps, étant loin d’être convaincue de rater un chef-d’oeuvre en m’abstenant...

    D’abord parce que le Seigneur des anneaux -le film- avait été pour moi une intense déception vu que je voyais un de mes livres fétiches de pré-adolescente se transformer en super production remplie d’effets spéciaux et de batailles un peu trop imposantes pour moi (et où des elfes font du skate :/!!!). Certes, je pense que les puristes sont difficiles à contenter et je pense aujourd’hui avoir été trop sévère au sujet de ce film, bien que je ne puisse lui pardonner deux ou trois détails.


    Ensuite, parce que trois films pour un livre si petit, ça avait de quoi laisser songeur. Le Hobbit étant à l’origine un livre destiné aux enfants (Que j’ai relu à l’occasion car j’en gardais fort peu de souvenirs, vu que je l’avais lu par dépit à l’âge de 8 ans après m’être cassé les dents sur le Seigneur des anneaux. ), ce livre est relativement peu développé sur beaucoup de sujets, dont la psychologie des personnages autres que Bilbo et Gandalf, ainsi que les diverses activitées de certains individus qui s’éclipsent sans laisser d’explications poussées...


Et comme beaucoup, j’ai fait la moue à l’idée que Peter Jackson essaie de faire une sorte de Seigneur des anneaux bis.


    Enfin, il y a l’emploi de cette nouvelle technologie s’employant à présenter plus d’images par secondes que dans un film habituel et qui a déjà reçu de lourdes critiques. Pour ma part, je ne m’attarderai pas longtemps dessus, étant donné que je suis allée le voir sans.
A noter que si la 3D vous gène, il est possible que cette fréquence d’image vous donne la nausée.


    Pour finir, les critiques que j’ai lues étaient forts moyennes, ce qui ne m’a pas davantage convaincue d’en attendre grand chose.

3) Après:

    Pour ma part, cette adaptation m’a pleinement convaincue, mais je crois que ce n’est pas le cas pour tous les individus qui ont partagé ce moment avec moi. C’est pour cela que je pense qu’avant d’aller voir ce film, une petite préparation est nécessaire:

    The Hobbit est un film qui est librement adapté du livre du même non et non une transcription fidèle. Par cela je ne veux pas dire que de grosses incohérences vont venir vous brûler les yeux (une ou deux sans grandes incidences tout de même, pour les puristes).

Non, je dirais que ce film, plus que de se focaliser sur la trame du livre qui reste fidèle aux pas de notre aimable hobbit, va davantage prendre en compte le reste de la troupe (relativement inutile dans le livre) et aussi se prendre à épier les différents évènements se déroulant en Terre du Milieu simultanément (dont certains n’ont rien d’inventé mais sont directement issus du Silmarillon de Tolkien, mais je ne saurais déméler le vrai du faux avant d’aller me plonger dans cette oeuvre).

    D’une  certaine façon, the Hobbit prend son temps. Si vous êtes incapable de rester assis deux minutes sans scènes de batailles, le début risque d’être difficile à digérer.
    Si d’une autre, comme moi, les batailles gargantuesque fait pour nous exploser la rétine et les tympans vous sortent par les trous d’oreilles et bien, vous vous y attendez, mais vous n’y couperez pas. Un crochet scénaristique permettant d’assurer un certain dynamisme de ce coté-là.

    Je citerai également comme défaut absolu, le costume -de quelqu’un que je ne citerai pas-, qui présentait d’horribles strass plastifiés. C’est un détail ponctuel -mais vomitif-.

4) En bref:

Pour moi, The Hobbit n’est pas un nouveau Seigneur des anneaux, comme on le lui repproche, bien que son ambiance se situe quelque part entre les deux livres, aquérant une certaine gravité, ainsi qu’une approche plus poussée des univers de Tolkien que l’original, tout en conservant son humour.

Pour ma part, les nains sont à l’honneur dans mon coeur après cette projection et pour la première fois de ma vie, je regrette de ne pas être un homme pour me faire une belle barbe tressée.

Pourprement vôtre...

Lou
  

Commenter cet article

Catégories

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog